Communiqué de presse

UN CHAUFFEUR DE LYFT CONDAMNÉ À 10 ANS DE PRISON POUR AVOIR AGRESSÉ SEXUELLEMENT UNE PASSAGÈRE

La procureure du Queens, Melinda Katz, a annoncé aujourd’hui qu’un chauffeur Lyft a été condamné à 10 ans de prison pour avoir agressé sexuellement une passagère de 28 ans qui s’était endormie dans le véhicule de l’accusé lors d’un trajet vers sa résidence en janvier 2018.

Le procureur Katz a déclaré : “Une femme qui avait appelé une voiture pensait pouvoir rentrer chez elle en toute sécurité. Au lieu de cela, cette femme sans méfiance a été violée par cet accusé, qui a été reconnu coupable par un jury composé de ses pairs”.

Le procureur a identifié l’accusé comme étant Welinton Fernandez, 31 ans, de Corona, dans le Queens. En novembre 2019, Fernandez a été reconnu coupable d’acte sexuel criminel au premier degré et d’abus sexuel au premier degré devant la juge de la Cour suprême par intérim, Stephanie Zaro. Le juge Zaro a condamné hier l’accusé à 10 ans de prison, suivis de 8 ans de surveillance après la libération. Fernandez doit également s’enregistrer comme délinquant sexuel.

Selon les témoignages recueillis lors du procès, la victime s’est retrouvée avec des amis dans un bar de Flushing juste après minuit le 6 janvier 2018. La jeune femme avait fait un travail particulièrement long et avait appelé un Lyft pour la ramener chez elle. Selon les dossiers de Lyft, Fernandez a pris la femme vers 4h50 du matin au bar et devait l’emmener à 4 miles de son domicile. Pendant le trajet, la victime s’est endormie et a été réveillée par l’accusé qui l’a agressée sexuellement. La femme, dont le pantalon et les sous-vêtements avaient été baissés, s’est enfuie du véhicule et a couru jusqu’à son domicile. Le lendemain, la police a été prévenue et la victime a été soignée dans un hôpital local où un médecin légiste spécialisé dans les agressions sexuelles a préparé un kit de preuves d’agression sexuelle. L’analyse de ce kit a ensuite révélé que l’ADN masculin prélevé sur le corps de la victime était compatible avec l’ADN de l’accusé.

L’assistante du procureur Laura M. Dorfman, du Bureau des victimes spéciales du procureur, a poursuivi l’affaire sous la supervision des assistants du procureur Kenneth M. Appelbaum, chef de bureau, Eric C. Rosenbaum et Debra Lynn Pomodore, chefs de bureau adjoints, et sous la supervision générale de l’assistant exécutif du procureur pour les crimes majeurs, Daniel A. Saunders.

**Les plaintes pénales et les actes d'accusation sont des accusations. Un accusé est présumé innocent jusqu'à ce que sa culpabilité soit prouvée.